Qui étions-nous ?          Liens utiles          Mentions légales          Conditions générales de vente                 

                          FERMETURE DÉFINITIVE DEPUIS LE 16/01/2016       Retrouvez-nous sur Facebook   Retrouvez-nous sur Youtube

Bienvenue sur le site web souvenir de Dieppe Nautic (1980-2015)

concessionnaire de grandes marques du motonautisme, shipchandler Bigship.

     Jeanneau         Yamaha         Zodiac         Guymarine         Ascenseurs à bateaux         Bonnes affaires         Occasions

bateaux Jeanneau  Moteurs Yamaha  bateaux Zodiac

bateaux Guymarine  remorques Satellite  Electronique Marine

        

Dieppe Nautic

Bateaux Jeanneau Électronique marine Espace occasions bateaux

9 rue de l'ancien port, Etran

Bateaux Zodiac VHF marine Ascenseur à bateaux

76370 Martin-Eglise

Bateaux Guymarine Combinés GPS Annuaire des marées

( 02 35 84 13 80 (fermé)

Moteurs Yamaha Historique de l'entreprise e-catalogues

Magasin franchisé Bigship de 300m² face au centre Leclerc.                                 Coordonnées GPS Dieppe Nautic : 49° 54' 579 Nord   001° 06' 427 Est

L'entreprise est fermée définitivement depuis le 16 janvier 2016

 

L'équipage Dieppe Nautic qui vous accueille depuis 1980, a le regret de vous informer

que le Tribunal de Commerce de Dieppe a ordonné le 15 janvier 2016,

la liquidation de l'entreprise, avec un arrêt de son activité au soir du 16 janvier 2016.

Dès lors, l'ensemble des services proposés par Dieppe Nautic s'arrête :

Magasin - Atelier - Air de stockage - Ascenseurs à bateaux

 

 

 

- Actualité Nautique -

Bruxelles interdit la pêche au bar !

C'est une révolution pour le monde de la pêche récréative et professionnelle : de nouvelles règles entérinées à Bruxelles et valables sur une zone allant du Finistère sud jusqu'à la Mer du Nord, en passant bien entendu par la Manche (Méditerranée exclue), viennent d'interdire la pêche du bar (ou loup, selon la région) jusqu'au 30 juin 2016. Bruxelles motive cette décision en raison d'un affaiblissement de la ressource et indique que la mesure drastique s'appuie sur des avis scientifiques, et tenant compte des aspects biologiques et socio-économiques.

Dans la pratique, il est interdit de pêcher le bar jusqu'au 30 juin 2016, depuis un bateau ou de la côte. A partir du 1er juillet 2016, la pêche récréative pourra prélever un seul poisson par personne, par jour. Les professionnels devront se soumettre également à des quotas de 1300 kilos de bars pêchés par navire et par mois.

21 juin 2016 : la fin du pavillon Belge :

Le 3 février 2016, les députés ont adopté en première lecture la proposition de loi qui entend favoriser le développement des entreprises et de l’emploi maritime, et plusieurs points touchent le nautisme, dont l'un qui concerne la lutte contre le "dumping de sécurité" du pavillon Belge. En Belgique en effet, la réglementation y est moins contraignante qu’en France en terme d’équipements de sécurité, ce qui a poussé nombre de Français a y immatriculer leur bateau, naviguant du coup sous pavillon Belge. A l’avenir, les bateaux des Français ou des sociétés domiciliées en France et qui naviguent dans les eaux territoriales Françaises, devront observer l’ensemble des règles de sécurité s’appliquant aux navires de plaisance battant pavillon Français :

Article 12 A Bis du projet de loi pour l'économie bleue. Le code des transports est complétée par un article L. 5241-1-1 ainsi rédigé :

« Art. L. 5241-1-11. – Quel que soit leur pavillon, les navires de plaisance appartenant à des personnes physiques ou morales ayant leur résidence principale ou leur siège social en France ainsi que les navires de plaisance dont ces personnes ont la jouissance, sont soumis, dans les eaux territoriales françaises, à l’ensemble des règles relatives aux titres de conduite des navires et au matériel d’armement et de sécurité applicables à bord des navires de plaisance battant pavillon français ».

Pourquoi ce texte ?

Certains pavillons étrangers de plaisance disposent d'une règlementation allégée, liée à une culture différente en matière de sécurité, au fait que les pays dont ces navires battent le pavillon ont peu de plaisanciers, ou encore au fait que la fréquentation de leurs eaux territoriales est faible. Mais en France, la plaisance et les loisirs nautiques concernent 13 millions de personnes et la bande côtière s’y caractérise par une forte densité d’usagés qui rendent nécessaire le fait que les plaisanciers aient des qualifications minimales en matière de conduite des navires à moteur. Par ailleurs, quand la chaîne de secours est sollicitée, elle a besoin de pouvoir s’appuyer sur un équipement minimum que sont censés posséder les plaisanciers. C’est pourquoi des réglementations en matière de sécurité et de conduite des navires, adaptées à des zones maritimes étrangères à faible fréquentation, peuvent s’avérer inadaptées, voire dangereuses en France. 

Ainsi, quel que soit le pavillon, les navires de plaisance appartenant à des résidents Français ou à des sociétés domiciliées en France, doivent, depuis le 21 juin 2016, dans les eaux territoriales françaises, observer l'ensemble des règles de sécurité s'appliquant aux navires de plaisance battant pavillon français pour lutter contre le "dumping de sécurité" qu'exerce ces pavillons étrangers allégés.

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANCAISE n°0143 du 21 juin 2016, LOI n° 2016-816 du 20 juin 2016 pour l'économie bleue, Article 52

« Art. L. 5241-1-1.-Quel que soit leur pavillon, les navires de plaisance et les véhicules nautiques à moteur appartenant à des personnes physiques ou morales ayant leur résidence principale ou leur siège social en France ainsi que les navires de plaisance et les véhicules nautiques à moteur dont ces personnes ont la jouissance sont soumis, dans les eaux territoriales françaises, à l'ensemble des règles relatives aux titres de conduite des navires et au matériel d'armement et de sécurité applicables à bord des navires de plaisance et des véhicules nautiques à moteur battant pavillon français. »

Ceci indique clairement que les avantages du pavillon étranger (pas de permis obligatoire, pas de limite dans les distances nautiques, choix du matériel de sécurité sous votre entière responsabilité) ne s’appliquent plus aux résidents Français naviguant dans les eaux territoriales françaises.

 

Nouveau numéro d'urgence :

Gratuit, d'ores et déjà en service, le 196 vous permet, à partir de n'importe quel téléphone, portable ou fixe, même sans carte SIM, d'appeler le service dédié aux urgences en mer, le centre de sauvetage du CROSS, qui localise et identifie l’appelant 24H/24 et 7 jours/7. Rappelons que le 196 ne se substitue pas en mer à la VHF, prioritaire pour alerter et rester en contact avec le CROSS et les moyens de secours.

 

Les catégories de navigation plaisance :

Catégorie A : attribuée aux navires de plaisance conçus pour la navigation en « haute mer », pour de grands voyages au cours desquels le vent peut dépasser la force 8 (sur l’échelle de Beaufort) et les vagues une hauteur significative de 4 m et pour lesquels ces bateaux sont, dans une large mesure, autosuffisants.
Catégorie B : attribuée aux navires de plaisance pour la navigation « au large », conçus pour des voyages au large des côtes au cours desquels les vents peuvent aller jusqu’à la force 8 comprise et les vagues peuvent atteindre une hauteur significative jusqu’à 4 m compris.
Catégorie C : attribuée aux navires de plaisance pour la navigation « à proximité des côtes », conçus pour des voyages à proximité des côtes et dans de grandes baies, de grands estuaires, lacs et rivières, au cours desquels les vents peuvent aller jusqu’à la force 6 comprise et les vagues peuvent atteindre une hauteur significative jusqu’à 2 m compris.
Catégorie D : attribuée aux navires de plaisance pour la navigation « en eaux protégées », conçus pour des voyages dans des eaux côtières protégées, des baies de petite dimension, des petits lacs, rivières et canaux, au cours desquels le vent peut atteindre la force 4 et les vagues une hauteur significative jusqu’à 0,3 mètre, avec des vagues occasionnelles, causées par exemple par des bateaux de passage, d'une hauteur maximale de 0,5 mètre.

 

Site Web Dieppe Nautic optimisé jusqu'en 1680x1050 pixels (16:9) Conception & mise à jour site web/ facebook : Nicolas Dufeuille